Bien choisir une muselière

museliere2

Les beaux jours reviennent pour notre plus grand bonheur et les températures remontent, c’est pourquoi j’aimerais parler d’un problème que j’observe malheureusement trop souvent à propos des muselières et que j’assimile à de la maltraitance.

Dans un premier temps je vais revenir sur le système de thermorégulation du chien :

La température moyenne interne du chien est de 38°C. Qu’il fasse chaud ou froid, l’organisme du chien cherche à maintenir cette température constante : c’est la thermorégulation.

Lorsqu’il fait très chaud, la thermorégulation met en jeu un ensemble de stratagèmes pour rafraîchir le corps : le but est de faire évaporer l’eau de l’organisme pour perdre des calories et donc de la chaleur (thermolyse).

Plusieurs moyens sont possibles :

– La transpiration ? Contrairement à nous, le chien ne transpire quasiment pas : il ne possède pas de glandes sudoripares (les glandes qui fabriquent et évacuent la sueur) à la surface de sa peau, mis à part sur ses coussinets. Le chien transpire donc uniquement des coussinets : cela ne suffit pas à le rafraîchir efficacement.

Le halètement. Votre chien respire très vite, gueule ouverte, la langue largement sortie, il bave un peu : il cherche à se rafraîchir ! A chaque expiration, une grande quantité d’eau s’évapore et permet de refroidir le corps. Plus il fait chaud plus le chien respire vite. Remarquons que le chien halète également après un gros effort physique car l’activité musculaire fait également augmenter la température du corps.

En parallèle, la fréquence cardiaque augmente, les vaisseaux sanguins se dilatent : c’est pourquoi les muqueuses (par exemple les gencives) et la peau d’habitude rose pâle, deviennent rose foncé.

Le coup de chaleur survient lorsque le système de thermorégulation du chien est « dépassé » : la température du chien augmente inexorablement (parfois jusqu’à 40-41°C) entraînant une souffrance de tous les organes et souvent une atteinte neurologique. Le coup de chaleur peut être fatal pour l’animal s’il n’est pas traité à temps.

museliereC’est pourquoi je décommande fortement l’usage de muselières de type « manchon » en nylon qui entravent la gueule du chien et qui gênent son système de thermorégulation. Si celles-ci sont pratiques lors d’une visite chez le vétérinaire ou pendant des soins, elles ne sont pas adaptées en usage courant ! Pour vous donner un exemple, c’est comme si on vous entourait de cellophane en plein soleil, c’est sympa pour maigrir mais vous n’allez pas le supporter longtemps.

Le second inconvénient de ces muselières est qu’elles gênent considérablement la communication du chien. Par exemple, si votre chien ne peut plus exprimer son inconfort de façon efficace avec sa gueule, il passera à l’étape suivante : l’agression.

museliere-baskerville-ultra (1)Je vous recommande donc d’utiliser des muselières de type « nid d’abeilles » ou « cage », ces muselières permettent au chien d’haleter normalement sans entraver son système de thermorégulation et de le laisser s’exprimer librement avec sa gueule. Les muselières « cage » de type Baskerville, qu’on trouve à des prix très raisonnables, vous permettent également de proposer à votre chien des récompenses lors de vos séances d’éducation.

Faites en sorte que l’arrivée des beaux jours soit tout aussi agréable pour vous que pour votre compagnon muselé. Et n’oubliez pas d’habituer (positivement) votre chien à la muselière avant de l’utiliser !

Laisser un commentaire