La laisse, un isolant social

J’ai déjà abordé le sujet de la marche en laisse dans un précédent article, je vais donc le remettre en avant tout en apportant quelques précisions.

La marche en laisse >

Dans cet article j’insiste sur deux choses : la laisse n’est pas un support de communication et les chocs ressentis dans le cou du chien peuvent occasionner des dégâts physiques et psychologiques. Mais ce n’est pas tout…

Le chien qui se balade au bout d’une laisse toujours tendue aura tendance à ne plus faire attention à son propriétaire car il ressentira physiquement sa présence à chaque instant, il pourra facilement s’enfermer dans son monde composé de stimulations plus intéressantes les unes que les autres sans se soucier de son humain. Si on ajoute à ça l’absence totale d’attention du propriétaire, bien plus absorbé par son téléphone portable que par ce qu’il se passe à l’autre bout de la laisse, celle-ci devient un véritable isolant social.

La marche en laisse détendue a donc plusieurs avantages et prépare le chien à d’autres commandes ainsi que le “suivi naturel”.

En relâchant un peu la laisse votre compagnon perdra le seul repère qui l’assure de votre présence, l’obligeant à sortir de sa bulle pour être certain qu’il y a toujours quelqu’un à l’autre bout du “fil”. Cela vous permettra d’avoir plus facilement l’attention de votre chien afin de travailler les commandes usuelles (rappel, stop…) dans un environnement très stimulant. C’est également la première étape du “suivi naturel”.

Une laisse tendue peu également trahir vos émotions et être à l’origine de sa réactivité face à un stimulus. Le chien peut avoir trois réactions possibles (3 F en anglais) face à une situation de “danger” : la fuite (Flight), l’immobilisation (Freeze) et l’agression (Fight). En tendant la laisse vous privez votre chien de la première possibilité, la fuite, se sentant alors “forcé” à affronter à la situation anxiogène, votre chien n’aura plus que l’agression comme seule solution pour exprimer ses émotions. Et dans la plupart des cas les propriétaires anticipent cette réactivité en tendant la laisse à l’approche du stimulus déclencheur, sans que le chien y soit soumis, ce qui va le préparer à réagir et renforcer son comportement de crainte. Et nous voilà avec un chien réactif en laisse…

C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une laisse  d’une longueur acceptable afin que votre chien puisse évoluer sans être dans l’obligation de tirer dessus pour renifler la moindre odeur ou se sentir “bloqué” face à une situation anxiogène. N’oubliez pas que la laisse n’est pas un canal de communication mais juste un outil de sécurité, et que votre chien vous entend et vous écoutera très bien si vos demandes verbales sont claires et motivées !

Donc, pour résumer : baladez-vous toujours laisse détendue et travailler la marche en laisse. Privilégiez la parole plutôt que les tirages de laisse… Utilisez une laisse assez longue afin de laisser le chien évoluer sans être obligé de tirer dessus. Désensibilisez votre chien au stimulus déclencheur. Lâchez un peu votre téléphone et profitez de ce moment de complicité avec votre compagnon !

3 Comments on La laisse, un isolant social

  1. Très bon article.

  2. Merci pour votre article. Mais personnellement je vis à paris, ou les trottoirs sont étroits et où tous les parcs, exceptés 2 ou 3, sont interdits aux chiens, je n’ai pas de jardin,et il y a beaucoup d’enfants en bas age dans mon quartier. je ne peux malheureusement pas le laisser sauter sur un enfant (il a tendance à le faire) et à l’appeler ensuite… je suis obligée de l’avoir souvent près de moi. Et dans les parcs idem, bcp d’enfants…

    • il est vrai que beaucoup d’articles postulent la situation idéale ( à la campagne) et que c’est compliqué en ville . il faudrait aussi cesser d’interdire tous les espaces verts aux chiens ( qui y sont beaucoup mieux que sur le macadam) : il suffirait d’exiger le ramassage des déjections et la tenue en laisse . La plupart des plages sont interdites aussi alors que les pubs nous montrent toujours des chiens heureux d’y courir ( ils adorent les vastes espaces)

Laisser un commentaire