Le chien dominant

Il y a quelques jours, une personne en quête d’information m’a demandé par téléphone de lui expliquer ce qu’était cette histoire de chien “dominant” tellement débattu… Sujet facile puisque je ne compte plus le nombre d’articles que j’ai lu, publié et traduit à ce propos, je me préparai donc à déballer la totale. Sauf que… J’ai commencé par l’origine de la théorie avec l’observation de loups en captivité, repris par des moines, puis transposée sur les chiens, puis réfutée, en passant par la hiérarchie linéaire, l’interaction dyadique, les comportements agonistiques, le contexte, la meute, l’homéostasie relationnelle, etc, etc… Je me suis tellement emballé dans les explications futiles que je ne comprenais même plus moi-même de ce que je racontais.

Voilà peut-être la faiblesse de tous ces articles (que j’ai largement diffusé) qui traitent du sujet, on ne comprend rien ! Je vais donc essayer de faire un petit résumé de ce qu’il faut retenir, sans plus ni moins.

Qu’est ce que la dominance ?

On va déjà dire ce que n’est pas la dominance, la dominance n’est pas un trait de caractère. S’il existe des chiens nerveux, patauds, joyeux, calmes, volontaires, j’m’enfoutistes, etc… Il n’existe pas de chien dominant. Selon B. Bernstein (un sociologue britannique) : « la dominance n’est pas en soi un trait mais une propriété émergente d’une relation ». C’est à dire qu’il n’existe pas de dominance sans relation puisque cette dominance est le résultat d’une relation. Précisons qu’une rencontre entre deux chiens dans la rue n’est pas une relation mais une interaction , une relation est une situation durable qui se reproduit alors qu’une interaction est souvent unique et/ou furtive. On ne peut donc pas parler de “dominance” lors d’une rencontre fortuite, peu importe les circonstances.

Donc, pour qualifier un chien de “dominant” il faut que celui-ci s’inscrive dans une relation durable avec des congénères. En dehors de ce contexte, point de dominance, mais éventuellement de l’agressivité ou de la frustration… On pourrait en rester là, mais j’aimerais préciser un point important concernant la relation homme-animal.

La hiérarchie est une organisation sociale strictement intra-spécifique.

pyramide-humainePour bien comprendre le concept, cette organisation sociale définie une priorité d’accès aux ressources, et sauf erreur de ma part nous ne partageons pas les mêmes ressources que nos chiens. Enfin… En espérant que vous ne mangez pas dans sa gamelle, ne dormez pas dans sa couche, ne rongez pas ses os et ne reniflez pas le derrière de ses congénères. Et même si c’était le cas (chacun son truc), vous ne partagez pas le même langage (physique, chimique…) pour communiquer vos intentions, ni la même morphologie… Le chien sait que vous êtes un humain (qui contrôle sa vie) et ne cherchera donc jamais à vous “dominer”.

On pourrait aller plus loin dans l’explication de la “dominance”, surtout dans le cas d’un groupe de chiens, mais je préfère vous renvoyer vers des articles plus complets que je vais citer ci-dessous.

Article de Charlotte Duranton, Comportementaliste canin et Ethologue.
http://www.ethodog.fr/…/cest-et-cela-sapplique-t-il-au-chien/

Un ensemble d’articles que j’ai traduit et partagé sur Ad Canes.
http://adcanes.fr/tag/dominance/

1 Commentaire sur Le chien dominant

  1. Tellement simple et finalement évident en vous lisant. …. merci

Laisser un commentaire