Pourquoi ne pas utiliser de collier à pointes

Une petite révision s’impose…

Les colliers à pointes, ou torquatus, sont conçus pour infliger de la douleur et provoquer de l’inconfort lorsque la laisse se tend. De nombreuses études démontrent que l’utilisation de ces colliers nuit gravement à la relation que nous entretenons avec nos chiens et a des répercussions physiques, comportementales et émotionnelles négatives.

Les blessures liées aux colliers à pointes sont très fréquentes. La peau du cou des chiens est nettement plus fine que la peau humaine, les blessures peuvent aller de la perforation de l’épiderme jusqu’aux problèmes de moelle épinière et d’effondrement de la trachée (collapsus).

Si la douleur ou l’inconfort est ressentie à chaque fois que votre chien tente d’accueillir un congénère ou quand vous vous approchez d’un quelconque stimulus lors des promenades, votre chien associera alors cette douleur avec la présence de l’autre chien ou du stimulus concerné, ce qui augmentera sa peur, sa réactivité et éventuellement son agressivité. En outre, ces colliers n’apprennent absolument rien à nos chiens comme les comportements souhaitables, mais uniquement à éviter les comportements indésirables à travers la crainte et la douleur.

Les colliers à pointes sont douloureux et nuisent fortement à la relation que nous entretenons avec nos compagnons. Des études démontrent que les propriétaires qui utilisent des outils coercitifs tels que les colliers à pointes entretiennent de mauvaises relations avec leur chien et sont moins satisfaits de leur comportement.

Contrairement à ce que certains éducateurs et vendeurs en animalerie peuvent vous raconter, l’utilisation de ces colliers ne sont pas sans danger. Il n’y a aucune raison de les utiliser alors qu’il existe de nombreuses alternatives efficaces et respectueuses du bien-être de nos compagnons.

Pour résumer :

1 – Les colliers à pointes infligent douleurs et blessures. Ils font mal à nos chiens, dégradent notre relation et n’ont aucune fonction éducative.

2 – Plusieurs blessures sont liées à l’utilisation des colliers à pointes. Ces colliers ne permettent pas de modifier le comportement. Si cela évite que notre chien tire en laisse, ce sera uniquement pour éviter la douleur et non pas parce qu’il aura compris le comportement souhaité.

3 – L’éducation ne devrait jamais être basée sur la crainte et la douleur, mais sur le renforcement positif dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement. Il existe de nombreux outils alternatifs que le collier à pointes, comme les harnais éducatifs.

4 – Beaucoup de pays ont déjà banni l’utilisation des colliers à pointes, comment la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Suisse, le Québec, etc… A quand la France ?

Article largement inspiré de celui de la SPCA de San Francisco : “Reasons to take off the prong collar“.

Liens connexes :
http://adcanes.fr/collier-electrique-a-pointes-les-etudes-scientifiques/
http://www.dogdaysnw.com/doc/overall_collars.pdf

4 commentaires

Ajouter un commentaire
  1. Le renforcement positif est efficace dans certains cas et nous pensons après 6 mois de pratique avec notre chien adopté que cela a plus de chance de fonctionner avec un chiot ou un très jeune chien, ou un chien de moins de 30 kilos, mais pas ou très peu dans le cas d’un gros chien de presque 3 ans et de 51kgs500 qui ‘attaque’ tous les chiens, personnes, voitures, qui se présentent sur son chemin. Sans compter les chats, une haine déclarée…
    Quelques résultats bien sûr, notre chien est gourmand et cela fonctionne jusqu’à un certain point, mais cela n’entraîne pas l’annulation des réactions les plus violentes. Nous avons une comportementaliste qui à présent pense comme nous. “Il ne sera jamais très sociable”, est la conclusion philosophique…
    Le collier dit “étrangleur” utilisé modérément (s’il est bloqué et serre peu, cela peut-être une solution), notre chien a détruit un collier, 2 harnais ALTI, et un harnais avec poignée avant que nous ne commandions le ‘ANIMALIA XXL’ pour entraînement. Mais, même avec, lorsque Vito se jette sur quelqu’un ou sur une voiture, cela est sans effet.
    Sinon, il ne reste plus aux maîtres comme nous de déclarer le chien ‘dangereux et à potentiel mordeur’ et puis ??? Le vétérinaire, après avoir été charmé par Vito, fin janvier, Vito qui porte toujours la muselière Baskerville hors de la maison, l’a vu réagir lorsqu’un client est entré dans le hall du cabinet avec son chien, et, là, à travers la porte fermée, Vito s’est transformé en monstre agressif. Parce-que, s’il est adorable avec nous, Vito est un chien à potentiel dangereux qui, pour l’instant, nous empêche toute vie sociale. Nous n’avons pas de peur, mais ne pouvons pas lui faire confiance, ce serait une erreur lorsqu’on le voit se comporter.
    Nous aimons notre chien mais autant le dire : personne ne nous avait signalé qu’il attaquait et il nous a fallu 3 jours en juillet et une première sortie pour éviter de justesse le pire… Adieu (pour l’instant) les projets de randonnées, ballades entre amis avec petits ou gros chiens, vacances ensemble. Plus tristement, je ne peux pas le tenir seule s’il veut se jeter sur quelqu’un ou sur une voiture, ce qui impose des sorties avec mon mari, alors que nous sommes des gens qui travaillons beaucoup chez nous souvent, et nous jonglons pour marcher au moins une heure tous les trois pratiquement tous les jours… Sinon, jeux de balle et éducation assis, pas bouger, donne, allez (pour ne pas foncer dès que quelque chose bouge), dans notre jardin/parc, mais Vito est le chien de berger parfait avec nous deux seuls, affectueux, près de nous, intelligent.
    Vito (ex Pollux) réagit peu au renforcement positif et certains ordres, tel que ‘non’, doivent être dits plus fermement, sinon, aucune obéissance du premier coup…
    Le vétérinaire a conseillé de le faire évaluer par un spécialiste à Nîmes et de lui faire passer les tests pour déterminer sa dangerosité, craignant qu’un jour ou l’autre cela ne se gâte… Je n’ai guère besoin du résultat que je ne connais que trop d’avance.
    Enfin, il est plus joueur, a l’air heureux, et, vraiment, n’a rien du chien ‘en souffrance’! Dur de réaliser que celui qui impose la peur et la souffrance aux autres, c’est votre chien.
    Je mets encore un message, ne supportant pas que les miens soient souvent effacés parce-que je ne dis pas que tout est parfait dans la méthode. Il faut être honnête et pouvoir regarder en face que cela ne fonctionne pas toujours.
    Nous voulons être positifs et continuons l’éducation quel que soit le nom. Avec variantes dues à la connaissance et à la pratique de notre chien… J’aimerais penser que nous pourrons sortir un jour sans qu’il représente un danger pour les autres…

    1. Vous avez raison, tout n’est pas parfait dans la méthode naturelle et cela ne correspond pas toujours ni au chien ni au maître ! Je pense pour ma part qu’il n’y a pas UNE bonne méthode mais qu’avec le mélange de plusieurs méthode on devrait parvenir à obtenir des résultats! Banir le “NON ” pour moi est stupide, quand on voit comment les chiens le comprennent bien, pourquoi s’en priver !
      Bonne continuation à vous et à Vito.

      1. Bonjour,

        Le “non” peut fonctionner, mais à quoi est-il associé ? Au mauvais comportement pris à l’instant T ou au stimulus désagréable lié à ce “non” (punition, engueulade) ? Si le chien recommence la même bêtise c’est que ce “non” ne sert à rien… Ce qui est souvent le cas.

        Le “mieux” est que le chien comprenne ce qu’il doit faire plutôt que de punir un comportement.

    2. Bonjour,

      Je comprend votre désarroi mais le renforcement positif n’est pas une méthode, c’est juste une conséquence qui va conditionner un comportement.

      Pour résumer, le comportement d’un chien va s’exprimer pour deux raisons : éviter quelque chose de désagréable, recevoir quelque chose d’agréable. Il existe donc 2 façons d’appréhender l’éducation d’un chien. Moi je préfère voir un chien se comporter par plaisir plutôt que par crainte, c’est un choix. De ce choix va découler des techniques qui seront plus ou moins efficaces selon le tempérament du chien, les capacités du propriétaire, l’environnement et l’application de la technique. Il existe tellement de paramètres d’efficacité qu’il est impossible de généraliser en disant que “le renforcement positif n’est pas efficace chez tous les chiens”… Dites plutôt que les techniques utilisées n’ont pas été efficaces sur votre chien, ou peut être que la mise en pratique n’était pas correcte… Qui sait ?

      Bref, je ne défend aucune méthode car j’utilise les outils sans chercher à mettre des étiquettes, mais les techniques basées sur le renforcement positif n’ont aucune limite et s’adaptent à tous les chiens, même les plus difficiles. Ces techniques sont d’ailleurs utilisées avec tous les animaux en captivité, comme des Orques, Ours…

      Cordialement.

Laisser un commentaire